Cameroun: l’oral revient au Bac A

Cameroun/15 Juil 2020/Par Médias/La Source: https://actucameroun.com/

Après sa suspension il y a 25 ans, les candidats feront à nouveau face à ces épreuves cette année.

Et si l’épreuve de l’oral revenait au Baccalauréat ? Au Cameroun, la question a souvent divisé la communauté éducative, et pas seulement. Depuis sa suspension il y a un quart de siècle, l’épreuve de l’oral revient à la prochaine session de l’examen du baccalauréat au Cameroun. Rendu à moins d’une semaine du lancement des épreuves écrites dudit examen, les acteurs de la communauté éducative en parlent, s’interrogent et parfois se positionnent sur ce sujet. Mais sur ce sujet, les avis sont partagés.’

Même si ce retour est bien accueilli par l’opinion public, certains enseignants questionnent l’effectivité de ce come-back, ainsi que son déroulement. Mais, pour la plupart des enseignants que nous avons interrogés, il est important que l’oral revienne à l’examen du Baccalauréat. Car, celle-ci a pour avantage d’amener les apprenants à soigner leur diction, à travailler leur manière de s’exprimer, à parler avec éloquence, à chasser l’agoraphobie.

«L’examen oral est une forme d’évaluation particulière des apprentissages des apprenants. Il a pour avantage d’amener les apprenants à expliciter davantage que dans un écrit, leur compréhension d’une matière ou d’un problème donné. Je pense que cette forme d’évaluation est importante pour le Cameroun» explique un inspecteur pédagogique en service dans le Grand-Nord.

Du côté des élèves, certains candidats restent dubitatifs. Ils se demandent s’il est nécessaire de passer cette épreuve ou pas. Pour certains élèves, cette appréhension serait dû aux nombreux témoignages des ainés qui sont passés par’ cet épreuve, et dont certains ont gardé de mauvais souvenir. «Il ne sert à rien de revenir avec les épreuves orales au Bac. En ce qui me concerne, j’ai été recalé quatre fois à cause de cette épreuve. Je pense que revenir avec cette épreuve causerait d’énormes difficultés aux candidats», confie Mamadou, un avocat.

Mais, depuis que les oraux ont été supprimés du Bac, la qualité des produits qui sortent des lycées et collèges pour les universités et les grandes écoles est approximative, à en croire Joseph Ngueleo, enseignant au lycée bilingue d’Allat, dans le département du Mayo-Banyo, région de l’Adamaoua. «Il est bien vrai que l’examen oral au baccalauréat camerounais améliorait à l’époque la qualité de l’expression des étudiants et élèves. Il n’en demeure pas moins que son absence est la seule cause des “légumes intellectuelles » que. comporte les universités et la société.»

La pression était plus intense pendant les épreuves écrites que lors des épreuves orales, cela nécessite beaucoup de concentration. Car, il faut à tout prix braver l’écrit et l’oral. Une situation ‘à la fois stressante que gênante, dont se souvient encore Ousmanou Oumarou, candidat au baccalauréat en 1979.

Il raconte : «c’était en 1979. C’était ma deuxième fois de passer les épreuves du bac. J’ai été admissible à l’écrit et le lendemain, j’ai passé l’oral. Tous les jurys étaient déjà constitués. Certains jurés donnaient des exercices à faire aux candidats au lieu de poser des questions. Nous passions les oraux dans toutes les matières. Comme à l’écrit, la note était sur 20. Et à la fin des épreuves, on faisait la somme des notes puis on les additionnait à la moyenne de l’oral et de l’écrit, et on divisait par deux pour avoir la moyenne finale du candidat».

Pour d’autres, le retour de l’oral à l’examen du Bac doit se faire à partir de certaines conditions. «Les jurys doivent faire preuve de responsabilité, d’objectivité. Ce qui n’était plus le cas au moment de la suspension. Et cela a, causé plusieurs problèmes. On remarquait que la plupart du temps, les candidats admis à l’écrit, ceux qui occupaient les premiers rangs, se retrouvaient aux derniers rangs à l’oral. Au début, on ne comprenait pas ce qui se passait. La vérité a fini par apparaître. Pour ce retour, il faut désigner des enseignants  de bonne probité, pour éviter que des choses pareils n’arrivent pas», explique Nonga pérez, enseignant dans un lycée de Yaoundé.

La suspension de l’oral au Bac est intervenue en 1995, après la dénonciation des pratiques de corruption dans les jurys et bien d’autres pratiques éloignées de l’objectivité. Cette situation devenue courante avait amené feu Robert Mbella Mbappe, alors ministre de l’Education nationale, à suspendre l’oral à cet examen.

Source de Nouvelles:

Cameroun : l’oral revient au Bac A

mariamsarraute Ver todo

Docente - Investigadora Educativa.
Venezolana.
Doctora en Cs. de la Educación, Magíster en Desarrollo Curricular y Licenciada en Relaciones Industriales.

Deja un comentario

Cameroun: l’oral revient au Bac A – Sarraute Educación María Magdalena

A %d blogueros les gusta esto: