France: L’actualité de la semaine (du 1er au 5 mars 2021)

France/ 08 Mars 2021/ Source/ http://www.cafepedagogique.net/

Politique

Exclusif : Comment le ministère pousse le PPPE

Alors que le ministre entreprend la réforme de la formation des enseignants dans les INSPE, il a créé une voie parallèle pour la formation des seules professeurs des écoles en lycée. Ce “parcours préparatoire au professorat des écoles” (PPPE), voulu par les plus conservateurs de son entourage, ramène la formation des enseignants du premier degré à ce qu’elle était dans les écoles normales d’autrefois. Dans une lettre du 12 février , que le Café pédagogique s’est procurée, JM Blanquer pousse les recteurs à faire connaitre le PPPE et leur donne des moyens pour rétribuer des professeurs de lycée pour qu’ils participent aux PPPE.

Lisez l’article…

 

Exclusif : La Cour des Comptes pousse le socle numérique  des écoles et établissements

Près de deux années après la publication de son rapport sur le numérique éducatif, la Cour des Comptes prépare un nouveau texte sur “la contribution du service public du numérique éducatif à la continuité scolaire pendant la crise sanitaire”. Le Café pédagogique s’est procuré la version provisoire de ce petit rapport. La Cour des Comptes y recommande la mise en place rapide d’un socle numérique  et la mise hors forfait de sites éducatifs.

Lisez l’article…

 

Lycée : Des “professeurs référents de groupes d’élèves”

Comment accompagner les lycéens de première et terminale alors que la réforme du lycée a cassé les groupes classes rendant la tâche des professeurs principaux impossible ? Avec une projet de décret présenté le 2 mars, que le Café pédagogique s’est procuré, le ministère envisage d’ajouter aux professeurs principaux des “professeurs référents de groupes d’élèves” chargés de suivre les élèves notamment pour leur orientation. Une réforme qui complexifie encore davantage l’organisation des classes sans pour autant assurer un suivi des élèves équivalent à ce qui existait avant.

Lisez l’article…

 

Victoire des infirmières scolaires

“Le corps des INFENES  ne sera finalement pas mis en extinction comme annoncé par  la ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales le 19 janvier dernier. Les infirmier.es de l’Éducation nationale ne renforceront pas  les services de PMI pour améliorer le taux de couverture des visites médicales obligatoires”, annonce le Snics Fsu. Le texte du projet de loi 4D aurait été modifié en ce sens.

Lisez l’article…

 

Ile-de-France : Rentrée sous menace de confinement

“Les mesures actuelles ne semblent plus ralentir suffisamment la circulation du virus”. Les propos de la maire de Paris, Anne Hidalgo, le 26 février, soulignent le problème francilien. L’activité virale y est très forte. Le variant anglais très implanté. Mais l’Ecole reprend avec un protocole allégé. Rien n’a été fait durant les deux semaines pour adapter les établissements à la situation.

Lisez l’article…   

 

Education prioritaire : N Elimas promet une ligne budgétaire pour la réforme

Après les contradictions de ses premières interventions devant les Assemblées, ce n’était pas facile pour Nathalie Elimas de se faire entendre par le Sénat lors d’une séance consacrée à la réforme de l’Education prioritaire. La ministre a minimisé son projet , parlant d’expérimentation et non de réforme. Elle a peu éclairé le Sénat notamment sur le financement et la place du privé. Une seule annonce : celle d’une ligne budgétaire pour sa réforme dans le projet de loi de finances 2022.

Lisez l’article…

Grand Oral : Les raisons de sa suppression pour le Snes

Alors que finalement le ministère maintient le grand oral en présentiel, le Snes Fsu fait le point de ses griefs contre le “grand n’importe quoi” de cette nouvelle épreuve. ” La modification de la FAQ disponible sur le site Eduscol au mois de janvier 2021 est révélatrice de la navigation à vue du Ministère et des impasses de l’épreuve telle que définie par les notes de service. Par exemple, depuis la publication de ces dernières il y a un an, on s’interroge sur le sens d’un oral dans lequel il est interdit d’utiliser les notes élaborées pendant le temps de préparation. Ce point du règlement de l’épreuve vient contredire toutes les démarches engagées avec les élèves au long de leur scolarité”, écrit le Snes. ” La foire aux questions, cependant, hors de tout cadre réglementaire, précise que lors du deuxième temps de l’épreuve, « le candidat peut par ailleurs recourir à un support pour éclairer ses réponses aux questions du jury, » et peut aussi utiliser du matériel à disposition dans la salle… la Foire aux questions a semé la confusion et a amené certaines Inspections à devoir rappeler que parler sans notes et sans support serait bel et bien la règle pendant les deuxième et troisième parties du GO. Pour la partie entretien, les préconisations de la FAQ s’inscrivent dans les interstices, les non-dits du texte réglementaire”. Le Snes dénonce aussi une grille d’évaluation qui “marginalise argumentation et connaissances par rapport aux 3 items portant sur des aspects formels”. Cette évaluation “accentue les inégalités sociales et de genre”.

Lisez l’article…

 

Crise sanitaire

 

L’Ecole et la crise sanitaire

“Si l’Ecole a tenu son rôle, c’est surtout grâce à la professionnalité des acteurs et au respect de leur liberté et de leur autonomie dans le cadre sanitaire qui leur était imposé. Ces deux conditions ont permis des adaptations créatives, des relations renouvelées avec les élèves et leurs parents, des interrogations fécondes sur le numérique et ses limites, des dynamiques collectives, dans l’échange comme dans la décision”. C’est à un bilan précis et documenté que nous invitent Marc Bablet, Philippe Claus et Annie Tobaty, co-directeurs du numéro 169 d’Administration & Education. Ce numéro de la revue de l’Afae ne cache rien. Il donne à voir la crise du pilotage qui s’est installée au début du confinement quand les managers ont perdu pied et que les professeurs, avec quelques rares cadres, ont été les seuls à tenter de faire vivre l’Ecole. Il montre aussi l’évolution du métier enseignant en raison des circonstances. Quel bilan tirer de cette période ? Quand on voit l’impréparation alors que la probabilité d’un second confinement est très forte, sans doute que le ministre préfère oublier cette page pas glorieuse. Avec ce numéro de la revue de l’AFAE ça va être plus difficile…

Lisez l’article…   

 

Sanitaire : Les tests dans l’impréparation

Lundi 1er mars, JM Blanquer est en Haute Saône pour mettre en valeur la campagne de tests. Une opération médiatique indispensable tant sur le terrain les promesses gouvernementales en ce domaine ne sont pas tenues et l’improvisation la règle.

Lisez l’article…

 

Blanquer : Des médiateurs pour les tests

Alors que la campagne de tests salivaires dans les écoles piétine, JM Blanquer a annoncé le 2 mars le recrutement de 1700 “médiateurs étudiants” pour en fait faire les tests. Si le ministre promet 300 000 tests par semaine cela reste très faible par rapport à nos voisins. La vaccination des enseignants, promise pour mars, n’avance pas davantage.

Lisez l’article…

 

JM Blanquer veut rassurer sur les tests salivaires

En visite à Vesoul le 1er mars, JM Blanquer s’est voulu rassurant sur la mise en place des tests salivaires dans les écoles. Nous voulons avoir avec les tests salivaires la capacité de faire plus”, a t-il déclaré sur BFM. “Nous avons une montée en charge progressive planifiée qui nous permettra à la mi-mars d’atteindre 300 000 tests par semaine”. Le ministre a aussi indiqué que “les personnels de l’Education nationale interviennent en amont et en aval” des tests, ceux-ci étant réalisés par des personnels de santé. Les rectorats ont commencé à communiquer sur les campagnes de tests qui vont se mettre en place avec une sélection des établissements et toute une méthodologie. C’est la singularité de la France. En Autriche, et maintenant en Angleterre, les élèves sont testés deux fois par semaine tout simplement par eux mêmes. En Angleterre ce sera aussi le cas des adultes en contact avec les enfants, qu’ils soient enseignants ou chauffeurs de bus scolaire. En France il faudrait 40 semaines pour tester une seule fois les 12 millions d’élèves à raison de 300 000 tests salivaires par semaine.

Lisez l’article…

 

Les écoles : amplificateurs ou pas de l’épidémie ?

La publication dans le British Medical Journal d’un article d’Arnaud Fontanet et de doctorants norvégiens et écossais sur le rôle des écoles dans la transmission du Covid 19 fait grand bruit. L’article s’appuie sur des études pour affirmer que les jeunes enfants sont moins contagieux et qu ele risque principal est dans les effets sociaux et économiques de la fermeture des écoles. C’est aussi la position de la revue, défendue dans un éditorial qui estime que les enseignants n’ont pas plus de risque d’attraper la maladie que le reste de la population et que les résultats des tests scolaires sont rassurants. Cette position, qui ne tient pas compte de la diffusion des variants, contredit la position du conseil scientifique, qui le 29 janvier demandait le confinement et les résultats de l’étude ComCor qui montre que le risque d’être infecté est 30% plus élevé quand on a des enfants scolarisés et 40% quand ses enfants sont en crèche. La montée des contaminations chez les jeunes d’âge scolaire, nettement plus importante que chez les autres tranches de la population jusqu’aux vacances, montre aussi la puissance des contaminations entre jeunes dès lors qu’il n’y a pas à l’école une vraie politique de tests et d’isolement.

Lisez l’article…

 

La crise sanitaire impacte durement les budgets de l’éducation

“Les budgets de l’éducation ne s’ajustent pas en proportion des défis posés par le COVID-19, en particulier dans les pays les plus pauvres”, déclarent l’Unesco et la Banque mondiale. “Malgré des besoins financiers accrus, deux tiers des pays à faible et moyen revenu ont réduit les budgets alloués à l’instruction publique depuis le début de la pandémie… À titre de comparaison, un tiers seulement des pays à revenu moyen supérieur et élevé ont réduit leur budget. Ces coupes ont été relativement modestes jusqu’à présent mais elles risquent de s’accentuer à mesure que la pandémie continue de prélever son tribut sur le plan économique et que les rentrées fiscales se détériorent. Ces différentes tendances creusent sensiblement les disparités déjà importantes en matière de dépenses entre les pays à faible revenu et les pays à revenu élevé”.

Lisez l’article…

 

Revalorisation

 

Revalorisation : Blanquer promet des arbitrages fin mars

“C’est au mois de mars qu’on va pouvoir préciser certaines choses”. Interrogé sur France Inter le 2 mars, JM Blanquer a promis de rendre ses arbitrage sur la revalorisation avant la fin mars. Il a signé le 2 mars le décret instituant la revalorisation des enseignants en début de carrière. Il promet de nouvelles avancées sous conditions. Qu’en penser ?

Lisez l’article…

 

Revalorisation des directeurs d’école

Comme annoncé, l’indemnité de sujétion des directeurs d’école augmente de 450€ selon un arrêté publié le 25 février. Cette revalorisation ne répond que partiellement aux attentes des directeurs. Elle fait passer l’indemnité de sujétion spéciale de 1795 à 2245€ de 1 à 3 classes, de 1995 à 2445€ de 4 à 9 classes et de 2195 à 2645€ à partir de 10 classes. On reste loin de la revalorisation attendue par les directeurs.

Lisez l’article…

 

Augmentation des professeurs documentalistes

Un arrêté publié le 25 février augmente l’indemnité de sujétions particulières des professeurs documentalistes. Elle passe de 767,10€ à 1000€. Cela représente une hausse de 233€ pour les professeurs documentalistes. Cette hausse compense la prime informatique qui n’est pas perçue par les professeurs documentalistes. Mais pas l’ISOE qu’ils ne reçoivent pas non plus.

Lisez l’article…

Source

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2021/03/05032021Article637505292411538434.aspx

 

 

 

 

Deja un comentario

France: L’actualité de la semaine (du 1er au 5 mars 2021) – Sarraute Educación María Magdalena

A %d blogueros les gusta esto: