France: Lalilo : Quand l’Education nationale finance le développement d’une startup américaine…

France/ 24 Mars 2021/ Source/ http://www.cafepedagogique.net

Par François Jarraud

L’annonce a été saluée par la presse comme une réussite. La petite startup française éducative Lalilo vient d’être achetée par une des plus grandes multinationales du numérique éducatif, le groupe américain Renaissance Learnig. Alors que JM Blanquer n’a cessé de vanter le développement de l’EdTech française, cet achat exprime une autre réalité. Retenue par l’Education nationale dans le cadre d’un programme national de subvention, Lalilo a vu sa recherche et développement financée par l’Etat. Le savoir faire financé par l’éducation nationale est parti aux Etats -Unis.

 

Développer une EDTech française face aux géants anglo saxons

 

” Je veux être en première ligne sur le déploiement d’un avant-gardisme français dans les EdTech”. Dès 2017, dans un article d’EducPro interrogé par la future directrice de Canopé, JM Blanquer mettait l’accent sur le développement du numérique tricolore.

 

C’est l’époque où l’EdTech française est en pleine croissance, dopée par le plan informatique lancé par F Hollande. Les entreprises investissent et s’attendent à ce que le soutien de l’Education nationale dure.

 

C’est l’époque aussi où il est question de défendre les données françaises contre les Gafam et de développer le numérique éducatif face aux géants américains. Au Sénat, Catherine Morin Desailly publie un rapport qui appelle à un nouveau plan numérique de façon à défendre la place de nos entreprises éducatives face aux géants anglo saxons ou chinois. “Il nous faut impérativement remettre de la verticalité dans notre relation au numérique et rester acteur de notre destin. C’est à cette condition que la France pourra rester dans la compétition mondiale”, disait-elle. Son rapport sera salué par JM Blanquer. Un an plus tard il salue le rapport de la Cour des comptes qui demande le rachat public de Pronote pour les mêmes raisons de controle national. Celui-ci est réalisé en 2021 via une filiale de La Poste.

 

Le plan P2IA et Lalilo

 

En septembre 2018, JM Blanquer présente le plan « Intelligence artificielle et Éducation » puis le Partenariat d’Innovation Intelligence Artificielle (P2IA). Doté semble t-il de 8 millions d’euros, ce plan “accompagnera le développement de solutions numériques qui aideront les professeurs dans leur quotidien (entraînement, remédiation, auto-positionnement, activités d’évaluation, etc.) dans un environnement renouvelé”.

 

Dans la brochure officielle de présentation du P2IA, le ministère explique qu’avec le Partenariat d’Innovation Intelligence Artificielle (P2IA), “le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse répond à l’ambition gouvernementale pour faire de la France un pays leader de l’intelligence artificielle et lance un partenariat d’innovation pour développer des solutions, s’appuyant sur des techniques d’intelligence artificielle, à destination des enseignants de l’école primaire”.

 

C’est ainsi qu’en 2019 six entreprises sont retenues par l’Education nationale. Parmi celles-ci Lalilo. Crée par trois polytechniciens en 2016, Lalilo est une application qui propose des exercices différenciés aux élèves de cycle 2 pour l’apprentissage de la lecture. Plusieurs milliers d’élèves utiliseraient le service en France, peut-être 50 000.

 

Comme l’écrit Lalilo sur son site, “le projet est financé par le ministère de l’Education nationale de la jeunesse et des sports”. Le P2IA s’est arrêté en janvier 2021.

 

Un développement payé par l’Etat parti aux Etats-Unis

 

Pendant ces deux années 2019-2020, l’Education nationale a soutenu financièrement Lalilo pour que la startup puisse mettre au point son application. Elle lui a aussi fourni les élèves et les enseignants pour la mise au point de cette solution.

 

Montée en puissance grâce au soutien de l’Education nationale, Lalilo est partie outre-atlantique. Le groupe Renaissance Learning est présent dans un tiers des écoles américaines à qui il vend les services informatiques liées aux évaluations exigées par le pilotage par les résultats. Ses produits phares sont des tests en lecture et maths. Et aussi des programmes d’apprentissage dans ces deux disciplines. Le groupe serait présent dans une centaine de pays dans le monde. Il a été racheté par un groupe  d’investissement, Francisco’s Partners dont le capital est d’une dizaine de milliards de dollars.

 

En mai 2020, devant la commission de l’éducation du Sénat, JM Blanquer avait déclaré : “nous voulons renforcer la capacité de la France à développer des technologies appliquées à l’éducation en encourageant les EdTech françaises”. Il était toujours question de construire un pole numérique national capable d’affronter les géants mondiaux. Quelques mois plus tard, c’est un échec. Le financement public imaginé par le ministre n’a pas retenu Lalilo qui, une fois son développement financé, est partie à l’étranger. L’acquisition de Lalilo par Renaissance Learning s’est faite sans réaction de l’Education nationale.

Source

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2021/03/23032021Article637520809496116120.aspx

 

 

Deja un comentario

France: Lalilo : Quand l’Education nationale finance le développement d’une startup américaine… – Sarraute Educación María Magdalena

A %d blogueros les gusta esto: