France: Vaccination : Macron pousse, Blanquer résiste

France/ 25 Mars 2021/ Source/ http://www.cafepedagogique.net/

Par François Jarraud

Pour la première fois, Emmanuel Macron reconnait que les enseignants font partie des professions exposées au covid 19. Il a promis le 23 mars qu’ils seront vaccinés. Mais quand ? Le président parle de “mi fin avril”. JM Blanquer est nettement moins précis et surtout nettement moins favorable.  Il déclare que les professeurs sont moins exposés que les autres professions… Alors la date…

 

Une pression syndicale

 

La question de la vaccination des enseignants ne se pose pas qu’en France. Elle est posée dans la plupart des pays développés. Ainsi en Angleterre, des syndicats ont fait campagne sous le slogan “Vaccinate to Educate” pour que les enseignants soient vaccinés pour la réouverture des écoles. Finalement la moitié d’entre eux sont vaccinés dans un pays où la vaccination est massive. Aux Etats-Unis la proportion est identique pour les mêmes raisons. En Belgique, les ministres de l’enseignement du pays viennent de demander que les enseignants soient prioritaires.

 

En France la question de la vaccination est posée par les syndicats. Dès janvier 2021, la syndicats FSU demandait la vaccination des personnels éducation nationale. Une pétition est maintenant lancée en ce sens. Le 23 mars le Sgen Cfdt, le Se Unsa et le Snalc écrivent au 1er ministre pour demander “un accès prioritaire à la vaccination” pour les personnels des structures scolaires.

 

La Haute autorité de santé a fixé en décembre 2020 les règles de vaccination. Elle prévoit un plan de vaccination en 5 étapes avec une montée lente du nombre de vaccinés contre le Covid. Dans une première phase, dès l’arrivée des premiers vaccins, doivent être vaccinés les résidents en EHPAD et les professionnels de ces établissements âgés ou présentant des risques. Dans une seconde phase la vaccination cible les plus de 75 ans puis les 65-74 ans et les professionnels de santé de plus de 50 ans. Pour le moment les plus de 75 ans sont loin d’être tous vaccinés.

 

C’est dans une troisième vague que pourraient être vaccinées les personnes à risque (la définition est donnée dans l’étude) et les plus de 50 ans. A ce stade les personnes “indispensables au fonctionnement du pays” pourront être vaccinés. La HAS identifie les personnels de santé et du médico social non encore vaccinés et des professions prioritaires : sécurité, éducation, alimentaire, bancaire, transports. “La désignation de ces professions essentielles ne relève pas d’un avis de la HAS”, précise le rapport.

 

Pourquoi les enseignants sont-ils prioritaires ?

 

Pourquoi cette ruée vers les vaccins ? L’apparition des variants a tout changé. Si jusque là le virus du covid s’attaquait peu aux enfants, les variants contaminent autant les jeunes que les adultes. Ils ont aussi des effets nettement plus graves et sont presque deux fois plus contagieux. Dans ce nouveau tableau, où on essaie de ne pas brasser les élèves, les enseignants deviennent de potentiels foyers de transmission de la maladie. Si on veut ralentir l’épidémie il devient intéressant de vacciner des personnes qui ont des contacts proches, longs et volubiles avec de 100 à 200 élèves chaque semaine.

 

C’est ce qu’a reconnu Emmanuel Macron le 23 mars à Valenciennes. Après avoir rendu hommage aux enseignants, il déclare “qu’à partir de mi fin avril on aura plus de vaccins et on sera dans une situation qui permettra d’envisager d’avoir des campagnes ciblées sur des professions qui sont exposées. Les enseignants en font partie”.

 

Reconnaissance présidentielle, déni ministériel

 

Evidemment on retiendra de ces propos la première reconnaissance officielle du caractère prioritaire des enseignants, exposés au même titre que d’autre professions en contact avec le public. Il rompt avec les propos de son premier ministre qui, en décembre 2020, avait écarté les enseignants des prioritaires.

 

Par contre, le calendrier présidentiel reste assez flou. Rappelons que jusque là le gouvernement a été incapable de trouver les doses de vaccins nécessaires à la population et que des millions de personnes à risque ne sont toujours pas vaccinées. La question du calendrier a été posée , un peu plus tard, à l’Assemblée par le député PS Jean-Louis Bricout.

JM Blanquer a à la fois nié le caractère prioritaire des enseignants et refusé de donner une date. “Nous allons aller vers la vaccination des professeurs”, a dit JM Blanquer. “Fort heureusement jusqu’à présent les professeurs sont dans les catégories les moins contaminées. Il est normal que leur tour arrive. C’est naturel”.

 

Le ministre de l’éducation s’appuie sur l’étude ComCor qui met les enseignants dans les professions les moins exposées. Mais cette étude date d’avant l’arrivée des variants qui aujourd’hui ont presque éliminé en France la souche d’origine du virus. L’étude elle même le signale et reconnait que les variants peuvent changer les choses. C’ets ce qui s’est passé en Angleterre où les enseignants sont montés à la 3ème place dans les priorités. C’est ce qu’on commence à constater en France où de nombreux enseignants tombent malades et où les rectorats ne trouvent plus de remplaçants.

Une réalité qui n’échappe certainement pas à JM Blanquer mais qui irait contre l’image politique qu’ils ‘est construit. Le 23 mars il tenait à ce qu’on sache que  malgré les propos présidentiels les enseignants seront vaccinés dans les derniers. “C’est naturel”…

Source

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2021/03/24032021Article637521660221647080.aspx

 

Deja un comentario

France: Vaccination : Macron pousse, Blanquer résiste – Sarraute Educación María Magdalena

A %d blogueros les gusta esto: