France: Censure : JM Blanquer bat son record

France/ 26 Mars 2021/ Source/ http://www.cafepedagogique.net/

Par François Jarraud

Nouveau record pour l’Education nationale ! Le rapport d’activité de l’Inspection générale de l’Education nationale fait l’éloge de la réforme de fond réalisée par JM Blanquer et la cheffe de service de l’Inspection, Caroline Pascal. Il a surtout pour avantage de publier la liste des rapports de “l’inspection générale de l’éducation du sport et de la recherche”. Malgré cette extension d’activité, encore moins de rapports ont été rendus publics en 2019.Cette année là seulement 7 rapports ont été publiés sur 82 produits soit 8%. Les autres ne sont jamais sortis du cabinet de JM Blanquer. Celui-ci bat son record de 2017.

 

Une réforme finale de l’Inspection générale

 

Depuis 2017, Jean-Michel Blanquer a totalement réformé l’Inspection générale. On parle souvent de la fusion entre IGEN et IGAEN (inspection générale de l’administration de l’Education nationale). Certains savent que la nouvelle “inspection générale de l’éducation du sport et de la recherche” s’est agrandie des inspections générales des sports, des bibliothèques et de celle de la Jeunesse et des sports. Mais le grand changement est ailleurs. L’Inspection générale qui était un corps auto-administré et où régnait la liberté de parole nécessaire à un organe qui conseillait le ministre, est devenu un service avec une cheffe de service. Les inspecteurs généraux sont rentrés dans le rang comme des fonctionnaires ordinaires. Leur hiérarchie choisit ceux qui rédigeront les rapports demandés par le ministre. Et n’hésite pas à les conseiller sur la façon de faire.

 

8% des rapports rendus publics en 2019

 

Et comme tout service, la nouvelle inspection générale doit rendre compte de son activité. Son dernier rapport d’activité se démarque des précédents qui traitaient de l’Ecole. Là il s’agit surtout d’une apologie de la réforme menée par JM Blanquer. Mais il reste un point commun avec les éditions précédentes : la publication de la liste des rapports produits.

 

Sur ce plan l’Inspection montre une belle régularité avec 82 rapports produits en 2019 et 82 aussi en 2020. L’Inspection a beau élargir son champ d’exercice elle produit à peu près autant de travaux que sous N Vallaud Belkacem (85 en 2015).

 

En 2019, sur les 82 rapports rédigés et envoyés au cabinet, seulement 7 ont été publiés soit 8%. En 2017, JM Blanquer avait laissé sortir 16% des rapports, soit 9 sur 57. Il a donc réussi à renforcer sa censure sur les travaux des inspecteurs généraux pourtant sélectionnés pour chaque rapport avec zèle.

 

Censure : des exemples

 

Il est vrai que certains rapports n’ont pas vocation à être rendus publics. C’est le cas par exemple du rapport sur la situation administrative d’un cadre en Guadeloupe ou de celui sur la façon de servir d’un enseignant de l’académie de Nice.

 

Mais de nombreux rapports auraient apporté une information précieuse aux enseignants et à l’opinion publique. Ainsi, toujours en Guadeloupe, celui sur le fonctionnement du rectorat. Ou encore ceux sur la dépense relative aux heures supplémentaires , sur les enseignements artistiques au collège, sur la souffrance au travail dans une direction du ministère (un sujet qui a fini par fuiter dans le Café pédagogique) ou sur l’insécurité dans une cité scolaire de l’académie de Reims. Sur tous ces sujets, et il y en a bien d’autres, les ciseaux de la rue de Grenelle ont taillé fort et les rapports sont restés bloqués dans le coffre fort du cabinet du ministre.

 

Peut mieux faire ?

 

Nous avons comparé 2019 avec 2017 et ses 16% de rapports sortis. On peut aussi comparer avec la retenue des rapports sous Najat Vallaud Belkacem. Nous l’avions signalé : un tiers des rapports seulement était sorti en 2015. Une proportion à peu près équivalente avait été atteinte par Luc Chatel avec 19 sur 60 en 2011.

 

Soyons plus encourageants. L’année 2020 est un peu  moins pire. Sur 82 rapports (encore !) 15 ont été publiés soit 18%. Mais vous ne saurez toujours rien du rapport sur les certificats médicaux de dispense sportive, un sujet pourtant dont le ministre parle beaucoup. Ou encore du rapport sur la continuité pédagogique ou de celui sur la fréquentation effective des écoles de l’éducation prioritaire durant le premier confinement. On a l’Ecole de la confiance que l’on peut…

Source

http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2021/03/25032021Article637522518887143055.aspx

 

 

Deja un comentario

France: Censure : JM Blanquer bat son record – Sarraute Educación María Magdalena

A %d blogueros les gusta esto: